Vomir la voix, boire la voix

L'expression vomitare la voce est utilisée par l'École Italienne.
Au-delà de la simple évocation d'une générosité vocale non entravée par des resserrements du conduit vocal, l'image du vomissement peut susciter des actions réflexes fort propices à la production vocale :

Comment utiliser l'image du vomissement?

L'image du vomissement est surtout utile pour la connexion et l'arrondissement des voyelles ouvertes, en particulier [a].
On utilisera d'abord cette image dans le grave de la voix.

L'image du vomissement ne doit bien sûr pas conduire à une rentrée du ventre ni à une remontée du diaphragme, sauf ponctuellement quand on souhaite "revenir à l'expiration" après s'être trop concentré sur la part de rétention du soutien vocal.
Il ne faut surtout pas imaginer que l'on doit expulser quelque chose de son ventre. Il faut juste imaginer et mimer une envie de vomir, en supprimant ses aspects négatifs éventuels (rentrée du ventre, tension des articulateurs) et en accentuant ses aspects positifs (élévation du voile du palais, dilatation détendue du bucco-pharynx).

L'effet du "vomissement" est proche de la technique consistant à attaquer un son par en-dessous. Une fois le mécanisme compris, on minimisera l'audibilité de cette attaque!
On pourra ensuite progressivement utiliser cette image dans l'aigu.

On pourra également remplacer cette image par celle, moins extrême et plus élégante, de la surprise heureuse ou par celle de "faire des bulles".

Vomitare o bere la voce?

"Inhalare la voce" et "bere la voce" (boire la voix) sont deux autres images, en apparence opposées à celle de "vomitare la voce".

En réalité, ces images se rejoignent. Toutes trois visent à établir une communication entre le dedans et le dehors, une ouverture détendue du conduit vocal, avec des implications supplémentaires en termes de connexion de la colonne d'air au diaphragme et à son soutien musculaire.
Le chant va naître et évoluer autour du point d'équilibre entre ces deux contraires apparents. Selon les moments, le même chanteur aura besoin d'imaginer "vomir" ou "boire" sa voix : il s'agira dans les deux cas d'équilibrer son appoggio, selon qu'il a tendance à trop avaler ou à trop pousser sa voix.

http://chanteur.net - © 1998-2016 L'Atelier du Chanteur® - Tous droits réservés - CGU - Publicité - Contact