L'Atelier du Chanteur : Page d'Accueil (Home Page) Operabase: Page d'Accueil (Home Page)

Écoutes de Spectacles

2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014 2015 2016 2017
**** Rusalka Paris Opéra Bastille 28/06/2002

 
James Conlon (dm)
Robert Carsen (ms)
Michael Levine (dc)
Robert Carsen et Peter Van Praet (l)
Rusalka  :  Renée Fleming
Le prince  :  Sergei Larin
Jezibaba  :  Larissa Diadkova
L’esprit du lac  :  Franz Hawlata
La princesse étrangère  :  Eva Urbanova
Le garde-forestier  :  Michel Sénéchal
Le garçon de cuisine  :  Karine Deshayes
Première nymphe  :  Michelle Canniccioni
Deuxième nymphe  :  Svetlana Lifar
Troisième nymphe  :  Nona Javakhidze
La voix d’un chasseur  :  Kevin Greenlaw

photo © Éric Mahoudeau
photo © Éric Mahoudeau

Cette production est avant tout superbe visuellement. Les magnifiques décors, lumières, effets et machineries séduisent au premier abord, mais ne sont pas à la réflexion totalement gratuits, puisqu'ils traduisent bien d'une part le fait que Rusalka est un conte, d'autre part les différents univers (ondin et humain) et au troisième acte le désespoir de Rusalka sur fond de vagues bleu nuit projetées sur un rideau-écran... Tout au plus est-on gêné que la première rencontre de Rusalka et du Prince se déroule déjà dans une chambre à coucher et non au bord du lac, mais cette chambre à coucher se fait pardonner en réapparaissant à la fin en tant que tombeau aquatique des amants.

L'orchestre et l'écriture orchestrale de Dvorak sont un régal, l'équilibre fosse/plateau est presque toujours excellent.

Vocalement, il y a peu de choses à dire d'une distribution globalement excellente.
On peut distinguer Franz Hawlata, parfait dans son rôle et bien sonore. On s'étonne presque qu'il arrive à se vieillir si bien, et si l'on voulait vraiment être méchant on ajouterait qu'à parfois trop "cravater", il n'est pas étonnant que sa voix puisse sonner plus âgée qu'elle n'est.

La mezzo Larissa Diadkova est également excellente.
On imagine bien Eva Urbanova en Lady Macbeth ou en Ortrud, avec sa voix dure au timbre peu séduisant, mais peut-être a-t-elle forcé le trait à dessein!
Karine Deshayes, récemment couverte par l'orchestre sur scène de la finale du concours Operalia au Châtelet, dans une Cenerentola peut-être un peu grave pour elle, se fait entendre ici sans peine et son timbre charnu et gouailleur fait merveille dans le rôle du garçon de cuisine.
Michel Sénéchal est moins truculent qu'en Guillot de Morfontaine en 1997 mais fait toujours entendre sa voix de trompette, sans aucun legato dans ce rôle qui n'en réclame peut-être aucun.

La soirée aurait été excellente sans la piètre performance de Renée Fleming, à qui même le public de Bastille n'a pas réservé l'ovation aveuglément délirante qui est de rigueur pour les stars à Paris. Les applaudissements nourris garantissent cependant à "la belle Américaine", comme on dit, de nombreux retours dans notre capitale.
Comme souvent, sa performance a été très inégale. Le premier acte a été l'occasion de faire entendre les premiers sons ouverts et pris par en-dessous qui sont devenus presque une signature, comme chez ces artistes de rock qui n'ont pas le droit de perdre leurs défauts vocaux, sous peine de perdre leur public. Le tube de Rusalka, sa chanson à la lune (n'a-t-elle d'ailleurs pas fourni à Harold Arlen le thème de "Over the rainbow" du Wizard of Oz?) n'a été que correctement interprété. Le deuxième acte de Renée Fleming a été bien meilleur, d'excellente tenue même de bout en bout. (Il est vrai que Rusalka y est muette une bonne partie du temps.) Le troisième acte n'a plus été qu'une suite de sons inarticulés non reliés entre eux, non seulement pris par en-dessous mais n'arrivant plus jamais sur la note, se terminant souvent en son droit et bas, émis sur le mode du vomissement ou du cri, sans aucun legato ni équilibre des harmoniques.

Alain Zürcher

 
http://chanteur.net - ©1998-2018 L'Atelier du Chanteur® - Tous droits réservés - CGU - Publicité - Contact