L'Atelier du Chanteur : Page d'Accueil (Home Page) Operabase: Page d'Accueil (Home Page)

Écoutes de Spectacles

2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014 2015 2016 2017 2018
*** L'Allegro, il Penseroso ed il Moderato O Paris Théâtre des Champs-Élysées 23/03/2004

 
Robert King (dm)
Claron McFadden, soprano
Claire Booth, soprano
Géraldine McGreevy, soprano
James Gilchrist, ténor
Neal Davies, basse

Il est difficile de trouver de réels défauts à ce concert, mais aussi de réelles qualités. L'orchestre joue avec un bel ensemble, ses solistes (flûtiste, corniste) sont justes et expressifs. Les chanteurs sont tout à fait corrects. Hélas, l'oeuvre paraît totalement fade alors qu'elle ne l'est pas! Fondée sur l'opposition entre le "gai" et le "pensif", mis d'accord in extremis par le "modéré", on devine qu'elle offre l'occasion de beaux contrastes à tout chef attentif et passionné. Mais Robert King, s'il semble à l'écoute et mobilisé par sa direction, n'en semble pas moins mettre le plus grand soin à éviter toute mise en valeur, toute couleur particulière, tout accent, toute rupture. On se demande même, a posteriori, s'il n'a pas maintenu le même tempo tranquillissimo tout au long de la partition. Tempo qui souligne la relative pauvreté harmonique et contrapuntique de cet oratorio. Même le superbe duo "As steals the morn" perd tout son charme, pourtant potentiellement obsédant, à être ainsi distendu et comme liquéfié.

On en vient à imaginer, au fil de la soirée, la "mise en espace" qui pallierait le faible dramatisme de l'interprétation autant que de l'oeuvre. Un jeu de lumières, des projections vidéo! Faut-il que l'expressivité des interprètes laisse à désirer, pour que l'on en vienne à regretter l'absence de ces modernes palliatifs!

Deux des sopranos, grippées, ont été remplacées au dernier moment, mais leurs remplaçantes ne s'en tirent pas mal du tout. Les trois voix féminines sont bien contrastées. Claron McFadden claire et légère, presque un peu laryngée en début de soirée, Géraldine McGreevy à la voix plus dure et plus corsée, Claire Booth à l'émission homogène et détendue, au timbre fruité et charnu.

Face à elles, James Gilchrist a un vibrato un peu rapide. Comme Neal Davies, on l'imagine mieux dans Gilbert et Sullivan que dans un oratorio de Haendel.

On peut lire en ligne le livret et écouter des extraits du disque enregistré par Robert King avec la distribution initialement prévue ce soir.

Alain Zürcher

 
http://chanteur.net - ©1998-2018 L'Atelier du Chanteur® - Tous droits réservés - CGU - Publicité - Contact