L'Atelier du Chanteur : Page d'Accueil (Home Page) Operabase: Page d'Accueil (Home Page)

Écoutes de Spectacles

2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014 2015 2016 2017
**½ Felicity Lott et Angelika Kirchschlager R Paris Théâtre des Champs-Élysées 11/05/2004

Felicity Lott, soprano
Angelika Kirchschlager, mezzo
Graham Johnson, piano

C'est à un spectacle expérimental que nous conviait ce soir le très respectable théâtre des Champs-Élysées. Nulle mise en espace, si l'on excepte deux lettres apportées par un pigeon voyageur schubertien, mais Graham Johnson invente le récital durchkomponiert!
Non content de mêler les cycles inspirés par Chamisso à Loewe et Schumann à quatre années d'écart, Graham Johnson n'en a présenté qu'une sélection, a éclaté certains Lieder en plusieurs fragments, n'en a présenté d'autres que sous forme d'extraits, en a enchaîné abruptement certains, en a relié d'autres par la version pianistique de L'Amour et la Vie d'une Femme de Schumann réalisée par Theodor Kirchner, en a superposé certains chantés simultanément par nos deux chanteuses et enfin a truffé le tout de Lieder de Wolf ou Brahms et de duos, le tout ordonné selon les étapes principales du cycle de poèmes de Chamisso!

Si les spectateurs non munis du programme ont dû se poser des questions, ceux connaissant par coeur au moins le cycle de Schumann ont pu se sentir souvent frustrés de l'entendre ainsi mis en lambeaux. Ce qui n'a pas empêché le public nombreux d'exprimer sa satisfaction à la fin d'un concert dont la portée novatrice lui a peut-être en partie échappé.

Graham Johnson trouve pour Wolf un jeu incisif et pointilliste qui lui rend bien justice. Pas de subtilité mais guère de force non plus pour Loewe. Pour Schumann, son tempo de flânerie, qui évoque parfois un prélude non mesuré, convient à certains Lieder. D'autres en deviennent déliquescents, comme "Er, der herrlichste von allen" ou "An meinem Herzen", qui perdent tout élan dramatique.

Felicity Lott et Angelika Kirchschlager présentent autant de contrastes qu'il est possible. Si la première rayonne par le port royal, la mine, l'expressivité, la constance du vibrato et des harmoniques aigus, le soutien vocal et la technique sans faille, la seconde a du mal à se tenir droite. Elle y réussit dans "Was für ein Lied" de Wolf qui du coup sonne plus tonique et timbré, comme ensuite Mädchenlied de Brahms.
Angelika Kirchschlager chante le plus souvent la tête penchée en avant et presque voûtée, avec un air de migraine, une inspiration comme une expiration trop hautes et une voix souvent trop diffuse et soufflée, aux graves parfois sourds mais parfois très bien poitrinés comme dans "Nun hast du mir den ersten Schmerz getan" de Loewe. Dans les duos, on aimerait que sa voix s'affirme davantage au lieu de laisser tout le brillant au soprano de Felicity Lott, auquel elle n'offre parfois qu'une toile de fond un peu cotonneuse.

Si le programme n'est pas musicalement inintéressant, on ne peut s'empêcher de penser que la simple présentation alternée, voire même successive, des cycles complets de Schumann et Loewe aurait sans doute permis de mieux entrer dans l'univers de chaque compositeur, au lieu de devoir zapper incessamment entre eux et trois autres. Les extraits chantés par Felicity Lott rappellent qu'elle est une grande interprète du cycle Frauenliebe und -Leben et font regretter de ne pas l'entendre en entier, même si on ne peut que louer son courage d'avoir osé cette expérience musicale.

Alain Zürcher

 
http://chanteur.net - ©1998-2018 L'Atelier du Chanteur® - Tous droits réservés - CGU - Publicité - Contact