L'Atelier du Chanteur : Page d'Accueil (Home Page) Operabase: Page d'Accueil (Home Page)

Écoutes de Spectacles

2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014 2015 2016 2017 2017
****½ Antigona Paris Théâtre du Châtelet 22/06/2004

 
Christophe Rousset (dm)
Eric Vignier (ms)
M/M (?) (d)
Paul Quenson (c)
Marie-Christine Soma (l)
Antigona  :  Raffaella Milanesi
Ismene  :  Marina Comparato
Creonte  :  Kobie van Rensburg
Emone  :  Laura Polverelli
Adrasto  :  John McVeigh

photo © Marc Ginot

Cette production de l'Opéra National de Montpellier, accueillie au Châtelet dans le cadre de son Festival des Régions, a permis au public parisien de découvrir une oeuvre très séduisante.
La mise en scène d'Éric Vigner en est réaliste et sobre. Les beaux décors noir et blanc au trait offrent un fond agréable qui ne détourne pas de l'action et crée un bel espace scénique. Le plateau est prolongé devant la fosse d'orchestre pour créer un espace de jeu supplémentaire bien utilisé. Les costumes eux aussi noir et blanc s'y intègrent bien et caractérisent bien les personnages.

Il résulte de cette disposition que la fosse semble plus enterrée que d'habitude, ce qui peut être préjudiciable pour un orchestre baroque. Sonnant d'abord un peu étouffés, les Talens Lyriques prennent vite la mesure du lieu et trouvent après l'entracte toute une palette de couleurs qui soutient très bien les chanteurs. Tout prend alors un tour plus dramatique, et cette tension ne faiblira plus.
Traetta apparaît alors comme un continuateur de l'opera seria par la variété des affects associés à chaque air, avec quelques belles trouvailles d'orchestration. Ce qui pouvait apparaître comme de la tiédeur ou de la mièvrerie avant l'entracte, surtout par rapport au tragique du sujet, devient une grande sensibilité. Son écriture chorale offre de belles lignes lyriques aux voix aiguës et de beaux plans sonores magnifiquement rendus par le choeur de chambre Les Éléments, d'une exemplaire clarté de timbres et d'articulation et d'une très belle musicalité.

La distribution vocale est très adaptée. Raffaella Milanesi remplace brillamment, avec sa voix très bien conduite, Maria Bayo victime d'un heureux événement.
Kobie van Rensburg dérange d'abord par son vilain timbre, mais il semble l'outrer exprès pour jouer le méchant, et trouve plus de rondeur dans son bel air de regrets du dernier acte.
Laura Polverelli et Marina Comparato sont superbes et John McVeigh est prometteur.

À voir les 24 et 27 juin 2004 au Théâtre du Châtelet.

Alain Zürcher

 
http://chanteur.net - ©1998-2018 L'Atelier du Chanteur® - Tous droits réservés - CGU - Publicité - Contact