L'Atelier du Chanteur : Page d'Accueil (Home Page) Operabase: Page d'Accueil (Home Page)

Écoutes de Spectacles

2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014 2015 2016 2017 2017
*** Grand Office des Morts & Te Deum O Ambronay F Abbatiale 17/09/2004

 
Ensemble Les Arts Florissants
William Christie (dm)
Olga Pitarch, dessus
Orlanda Velez Isidro, dessus
Paul Agnew, haute-contre
Jeffrey Thompson, haute-contre
Topi Lehtipuu, taille
Marc Mauillon, taille
João Fernandes, basse
Bertrand Bontoux, basse

photo © Festival d'Ambronay

Le 25ème festival d'Ambronay fête le tricentenaire de la mort de Marc-Antoine Charpentier. À cette occasion, Catherine Cessac a dédié un site magnifique à ce compositeur et mis à jour l'ouvrage qu'elle lui avait consacré en 1988.

Acheter ce disque sur amazon.fr

De passage à Ambronay entre quelques représentations de David et Jonathas de Charpentier, William Christie et ses Arts Florissants nous ont offert un riche programme où l'on retrouve le Te Deum, célèbre depuis qu'il a fourni son thème à l'Eurovision. On peut en écouter une version très différente enregistrée par les Arts Florissants en 1989, couplée avec d'autres oeuvres de Charpentier données par d'autres ensembles au cours de ce festival 2004.

Après des débuts passionnés et passionnants suivis de quelques années un peu tièdes, les Arts Florissants et William Christie semblent avoir trouvé depuis la saison dernière une nouvelle fougue. Ils sont servis en cela par une nouvelle génération de chanteurs aux voix plus généreuses. Le Te Deum de Charpentier est l'oeuvre idéale pour traduire cet entrain sonore, tout en ménageant des plages de relatif repos quand les voix solistes prennent le relais des masses instrumentale et chorale.
Le Grand Office des Morts proposé ce soir est sans doute moins adapté à cette démarche. Dans ses premiers numéros, on sent une recherche de couleurs et de contrastes de la part des interprètes, mais cette variété se fond peu à peu dans une homogénéité certes louable, mais qui peut aussi traduire un manque d'implication, ou simplement de répétitions!

Ce que les jeunes chanteurs actuels ont gagné en vigueur, ils l'ont perdu en style comme en pureté d'intonation et de timbre. Chacun se lance à qui mieux mieux dans de grands élans expressifs que l'on peut qualifier de "piétistes" pour ne pas dire "véristes". L'équilibre d'ensemble en est rendu certes dynamique mais aléatoire, en perpétuelle recomposition. Les entrées s'enchaînent sans faiblir, mais parfois sans précision parfaite.

Ambronay le week-end des 17,18 et 19 septembre

Durant ce week-end la musique baroque a été abordée de manière bien diverse. On est passé d'une approche quasi romantique à un style plus tranquille, plus intérieur. Le choix des chanteurs et leur réunion en ensembles n'ont pas toujours été judicieux. On sentait chez certains plus d'habitude à interpréter la musique romantique, d'où une approche trop puissante, avec en plus pour un soir un chef connaisseur mais exalté - W. Christie. Cela a pu surprendre les puristes! Pour les autres représentations les voix étaient intéressantes mais manquaient de personnalité. Dans l'ensemble un manque d'aisance, d'homogénéité et de maîtrise du style baroque, du moins pour ce qui est des chanteurs.

Karine

Les voix sont plus corsées que jadis, mais pas de manière homogène :
Les voix de dessus restent serrées ou voilées.
Paul Agnew est très intense dans son engagement mais force sa voix et attaque les sons par en-dessous.
La voix de Topi Lehtipuu n'est pas très concentrée mais plutôt mêlée de souffle. Sa diction est peu claire. Il semble handicapé par des raideurs de mâchoire ou de langue.
Marc Mauillon, déjà apprécié en Papageno et lors de son récital de sortie du conservatoire en juin 2004, est superbe.
João Fernandes a une voix équilibrée et sonore et une bonne diction, même si son émission semble parfois forcée par des appuis laryngés.

Tous ces solistes ont le courage de chanter aussi dans le choeur. Il en découle une conception chorale et un son qui tiennent plus du choeur d'opéra, où des voix ressortent sans brimer leur énergie individuelle. Les chanteurs se déplacent fréquemment, ce qui donne une belle variété spatiale à l'acoustique.
L'acoustique superbe et flatteuse de l'abbatiale d'Ambronay n'est par contre pas utilisée par cette interprétation toute en force et en éclat. On est ici à l'opéra, dans une grande salle de concert, mais pas à l'église. Les deux rangs de choristes se faisant face autour des instrumentistes semblent se gargariser d'une masse sonore qui n'a pas la pureté, la clarté, l'aération nécessaires pour rayonner sous les voûtes de l'abbatiale.
Au début du Te Deum, on est d'ailleurs frappé d'entendre le fameux thème dans un style peu différent de celui de sa version de l'Eurovision. La suite de l'oeuvre continuera de faire penser à du Berlioz autant qu'à du Charpentier. Excitant certes, et correspondant peut-être à l'esprit de l'oeuvre : des interprètes non croyants tenteraient-ils ainsi de donner l'idée de l'exaltation d'une foi sincère? Ou bien assiste-t-on, après les incursions de plus en plus nombreuses des chefs naguère baroques dans la musique romantique, à une fusion des styles d'interprétation?

Les instrumentistes ont eux aussi une belle aisance bien sonnante, mais leurs couleurs sont souvent uniformément brillantes, reproche que les baroqueux faisaient naguère aux orchestres modernes! La Messe pour Plusieurs Instruments, en particulier, aurait pu être l'occasion de plus de subtilités.

La conception un peu tonitruante de William Christie retire aux oeuvres la clarté de leurs plans sonores et leur variété de coloris, et ne donne que de fugaces indices de l'émotion qu'elles peuvent susciter. Le programme offert a cependant permis d'apprécier la variété des compositions de Charpentier et a été accueilli très chaleureusement par le public de l'abbatiale comble.

Alain Zürcher

 
http://chanteur.net - ©1998-2018 L'Atelier du Chanteur® - Tous droits réservés - CGU - Publicité - Contact