L'Atelier du Chanteur : Page d'Accueil (Home Page) Operabase: Page d'Accueil (Home Page)

Écoutes de Spectacles

2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014 2015 2016 2017
***½ Rinaldo OC Paris Théâtre des Champs-Élysées 15/10/2005

 
Jean-Claude Malgoire (dm)
Rinaldo  : Philippe Jaroussky
Almirena  : Ingrid Perruche
Armida  : Delphine Gillot
Goffredo  : Dominique Visse
Eustazio  : Thierry Grégoire
Argante  : Nigel Smith

Avec ce premier opéra d'un cycle de quatre, Jeanine Roze fête au Théâtre des Champs-Élysées le jubilé de carrière de Jean-Claude Malgoire, pionnier de la redécouverte de la musique baroque en France. Ce premier concert permettait d'entendre le premier opéra de Händel enregistré par Jean-Claude Malgoire en 1977 et actuellement toujours disponible en CD depuis sa réédition de 1997, chose rare à notre époque de "rotation" rapide des catalogues musicaux. Si les orchestres baroques ont fait des progrès depuis, et la Grande Écurie et la Chambre du Roy bien entendu aussi, le plateau vocal réuni en 1977 autour de l'impressionnante Carolyn Watkinson séduit encore aujourd'hui.

Acheter ce CD sur amazon.fr

Jean-Claude Malgoire a toujours eu un certain talent pour choisir ses chanteurs, à moins qu'il ne se contente de garder oreilles et portes ouvertes, ce qui lui permet de mettre le pied à l'étrier à de jeunes voix prometteuses. Les concerts de ce jubilé mêlent ainsi très anciens complices comme Dominique Visse et découvertes récentes comme Philippe Jaroussky. (On peut lire deux intéressantes interviews de ce dernier, mais aussi une interview de Jean-Claude Malgoire sur l'excellent site belge Ramifications.)

On retrouvait ce soir avec plaisir une vision qui n'a finalement guère évolué et est resté relativement proche des dernières interprétations "romantiques" de ce répertoire. Les chefs qui ont suivi Malgoire ont fait assaut d'accentuations, de contrastes et de théâtralité, de manière souvent très réussie mais parfois excessive. La Grande Écurie et la Chambre du Roy, dont les vents sont toujours superbes, a gagné en précision, justesse et finesse, mais Malgoire reste adepte de tempi confortablement "moyens" et de phrasés longs et étonnamment "lisses". Il n'en résulte cependant aucun ennui. Avec certains chanteurs, on croit deviner que le courant passe mieux, que quelque chose se passe pendant le concert, avec d'autres l'interaction paraît faible et on se demande même parfois si chanteur et chef se sont bien mis d'accord pendant les répétitions.

Ce soir, une trachéite imposait une certaine prudence à Jaroussky tandis que Thierry Grégoire gardait une certaine retenue, ce qui donnait à la première partie du concert un aspect prudent voire hésitant. Beaucoup moins brouillon que jadis, Malgoire nous offre cependant toujours une interprétation dans laquelle on peut entrer de plain-pied, qui nous touche par son honnêteté et sa simplicité. Son côté "work in progress" montre le chemin parcouru comme celui restant à couvrir.

Malgré sa trachéite, Philippe Jaroussky a largement dominé le plateau vocal, culminant dans un bouleversant "Cara sposa" d'une sublime tendresse. Excellent également dans ses airs vifs comme "Venti, turbini" ou "Abbruggio, avampo, e fremo", il communique à l'orchestre son tonus comme ses qualités élégiaques. Les brillantes trompettes naturelles sont poussées dans leurs derniers retranchements par son air "Or la tromba in suon festante".
Dominique Visse est ici distribué dans un étonnant contre-emploi. Le rôle de Goffredo est bien serio pour son tempérament comme pour l'acidité de son timbre et les inégalités de ses registres, amusantes dans les rôles bouffe où il excelle. Sa musicalité est heureusement toujours fabuleuse, ce qui lui permet un "Sorge nel petto" phrasé et nuancé de manière inouie.

Ingrid Perruche conduit bien sa voix malgré une respiration haute. Ses aigus ne sont pas encore parfaitement libérés dans "Combatti da forte", mais sont ensuite magnifiquement émis dans "Bel piacere", avec légèreté et souplesse.
Surtout en version de concert, il est difficile d'entrer sur un air comme "Furie terribili", mais Delphine Gillot s'en sort bien. À la recherche sans doute d'un bon ancrage physique, elle se tasse souvent en chantant et empâte un peu son grave. Ses aigus sont parfois plus criés que chantés. Bonne dans sa scène "Fermati! - No, crudel!" de l'acte II avec Rinaldo, elle chante ensuite un "Ah! crudel" un peu tremblotant. Elle bouscule les vocalises de sa partie B en poussant du souffle sur chaque note. Sa musicalité semble juste, mais ce potentiel est compromis par son incapacité à maintenir sa verticalité, son ouverture physique et donc son appoggio.

Thierry Grégoire est un contre-ténor prometteur au beau timbre, mais qui donne une impression encore souvent scolaire et fade. Comme c'est le cas de Nigel Smith, il est à l'aise et sa voix sonne avec naturel dans les récits, mais il n'arrive ensuite pas à trouver dans les airs une aisance ou une assurance suffisante pour s'affirmer sans retenir ni trafiquer son émission. Dès son air "Sulla ruota di fortuna" et fréquemment ensuite, il lâche son soutien (quitte l'appoggio) quand il monte. Est-il pour l'instant encore condamné à la prudence par une insécurité technique? Son interprétation de "Col valor, colla virtù" ne réalise pas le potentiel d'excitation de cet air.
Nigel Smith laisse entendre plusieurs timbres très différents selon les moments, les nuances, les registres... Il recherche parfois une certaine idée d'efficacité vocale au détriment de la beauté du timbre. D'autres fois sa diction sonne plus espagnole qu'italienne. Ailleurs il détimbre ses graves en ouvrant trop la mâchoire. Son émission est souvent trop lourde, ce qui le fait chanter trop bas, dès son air "Vieni o cara". Le tempo adopté est peut-être un peu lent pour lui permettre de faire avancer son phrasé et de libérer son timbre?

Prochains spectacles du jubilé Jean-Claude Malgoire de janvier à mai 2006 au Théâtre des Champs-Élysées  : Orfeo de Monteverdi, Alceste de Lully, Les Indes Galantes de Rameau. Diffusion ultérieure sur France-Musique.

Alain Zürcher

 
http://chanteur.net - ©1998-2018 L'Atelier du Chanteur® - Tous droits réservés - CGU - Publicité - Contact