L'Atelier du Chanteur : Page d'Accueil (Home Page) Operabase: Page d'Accueil (Home Page)

Écoutes de Spectacles

2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014 2015 2016 2017
***** Lady Macbeth de Mzensk Massy Opéra 15/03/2007

 
Kostantine Tchudovsky (dm)
Dmitri Bertman (ms)
Igor Nezhny (d)
Tatiana Tulubieva (c)
Alexandre Nilov (l)
Boris  : Sergey Toptygin
Zinovy  : Dmitriy Ponomarev
Katerina  : Svetlana Sozdateleva
Sergueï  : Vadim Zaplechny
Aksinia, cuisinière; femme déportée  : Marina Kalinina
Un ivrogne  : Vladimir Bolotin
Le Pope; vieux déporté  : Alexey Tikhomirov
Un sergent; sous-officier  : Andrey Vylegzhanin
Sonietka  : Ksenia Vyaznikova

photo © Opéra Paris Sud

Les hasards de la programmation permettent de voir sur scène cette Lady Macbeth quelques jours après Katerina Ismaïlova en version de concert au Châtelet, qui en est la version remaniée par Chostakovitch en 1963. À l'exception de la coupure de quelques scènes un peu crues et de modifications de détail de l'orchestration et du texte, il s'agit de la même oeuvre. Une oeuvre si belle, juste et riche que deux versions successives ne l'épuisent en rien. Si Katerina Ismaïlova est une rareté en France, cette production de Lady Macbeth a été en 2000 la première montée en Russie depuis son interdiction par Staline en 1936.

On peut admirer l'école russe de musique, qui nous offre un deuxième brillant jeune chef en la personne de Kostantine Tchudovsky... et l'école russe de chant, décidément la meilleure du monde au moins depuis la fin du XXe siècle, qui nous offre une deuxième distribution éblouissante après celle du Châtelet.

Toute la production est plus moderne et réussie que le Boris Godounov présenté la semaine dernière. Le décor sombre est parcouru de tuyaux métalliques comme une raffinerie. Les employés (serfs?) sont tour à tour ouvriers et cadres (pourquoi?). Au premier plan un grand fauteuil rouge rappelle le canapé-lèvres de la Lulu de Willy Decker à la Bastille. La chambre de Katerina est efficacement représentée par une cage grillagée où son beau-père l'enferme tous les soirs. Toutes les scènes d'ensemble sont très réussies : l'orgie y est plus tonique (voire mécanique, donc comique) que vulgaire. Chorégraphies et déplacements sont fluides et justes. Choristes et solistes se montrent ce soir très à l'aise.

Les voix présentent une solidité et une homogénéité d'un autre âge sur toute la tessiture. L'orchestre de Massy est précis et tonique, traduisant avec virtuosité la variété des climats de l'oeuvre. La folie physique et orchestrale du premier rapport sexuel de Katerina et Sergueï est excellemment rendue. Excellente aussi la scène des "champignons" puis le pope vénal et miteux. On ne peut regretter que la trop forte amplification des deux passages où le fantôme de Boris utilise un porte-voix et où l'ivrogne joue le chanteur pop. Les policiers, aussi caricaturaux que le pope, sont chorégraphiés de manière très amusante.
Des chaises au haut dossier grillagé suffisent ensuite à figurer le camp des déportés. Les victimes de Katerina et les autres personnages y figurent tous, le gardien qu'elle soudoie est même son beau-père, pourquoi pas? Le trio Katerina/Sonietka/Sergueï est rendu avec quelques chaises par un très efficace jeu de scène. Sonietka a revêtu la robe rouge de Katerina la sensuelle du début, tandis que celle-ci a gardé sa robe de mariée blanche. Une formidable tension dramatique conduit l'oeuvre à son terme. Les éclairages sont parfaits, bref c'est une totale réussite!

À voir à l'opéra de Massy les 16 et 18 mars.

Alain Zürcher

 
http://chanteur.net - ©1998-2018 L'Atelier du Chanteur® - Tous droits réservés - CGU - Publicité - Contact