L'Atelier du Chanteur : Page d'Accueil (Home Page) Operabase: Page d'Accueil (Home Page)

Écoutes de Spectacles

2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014 2015 2016 2017 2018
***½ La naissance de la cantate italienne C Royaumont Réfectoire des moines 12/10/2008

 
Kana Futagami, clavecin; Fabien Brandel, théorbe;
Juliette Roumailhac, Nathasha Catusse, violon;
Anna Carlsen, violoncelle
Dorothée Leclair, Tania Chauche, soprano
Javier Robledano Cabrera, contreténor
Lisandro Nesis, ténor
Jean Gabriel Saint Martin, baryton

Ce concert présente le résultat d'une session de formation placée sous la direction artistique de Gérard Lesne, directeur musical de l'ensemble Il Seminario Musicale, Blandine Rannou, clavecin, et Florence Malgoire, violon. Il est centré sur le recueil des airs et cantates de Grandi, récemment acquis par la Fondation Royaumont avec la bibliothèque musicale François-Lang.

Tous les jeunes chanteurs du programme ont déjà bien amorcé leurs carrières. on pourra en retrouver deux au Théâtre Mouffetard pour Orphée et Eurydice du 12 novembre au 31 decembre 2008.

Jean Gabriel Saint Martin commence en timbre quasi parlé, sans doute dans une recherche de clarté et de naturel, puis timbre progressivement davantage sa voix. Dorothée Leclair a une émission un peu serrée, résultat peut-être d'une contraction musculaire excessive au niveau abdominal. Tania Chauche a elle une voix potentiellement chaude et rayonnante, qui est par contre bridée par une respiration haute et courte qui la fait manquer de souffle et s'étrangler un petit peu en cours de phrase. Javier Robledano Cabrera est un beau contreténor, musicien et virtuose dans Anime de Rossi, dont il gère correctement la délicate jonction avec le registre grave. Lisandro Nesis a une belle voix de ténor. Il affectionne particulièrement le "tremblé" dans son air In un cerchietto d'oro. Les instrumentistes sont superbes.

Le programme permet de découvrir des pièces de Grandi comme le très plaisant trio Aure placide pour les trois voix masculines ou les beaux duos S'il mio dolente cor et Hor vanne infida pour ténor et baryton. Il se termine avec un madrigal de Rossi chanté par tous, d'abord assez mal puis heureusement bien mieux en bis!

Alain Zürcher

 
http://chanteur.net - ©1998-2018 L'Atelier du Chanteur® - Tous droits réservés - CGU - Publicité - Contact