L'Atelier du Chanteur : Page d'Accueil (Home Page) Operabase: Page d'Accueil (Home Page)

Écoutes de Spectacles

2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014 2015 2016 2017 2018
*½ Der Freischütz Freiburg Grosses Haus 25/12/2008

 
Thomas Schmieger (dm)
Uli Jäckle (ms)
Dominica Volkert (dr)
Thomas Rump (d)
Elena Anatolevna (c)
Markus Bönzli (l)
Ottokar  : Matthias Flohr
Kuno  : Naoshi Sekiguchi
Agathe  : Sigrun Schell
Ännchen  : Lini Gong
Max  : Gunnar Gudbjörnsson
Kaspar  : Ulrich Schneider
Eremit  : Gary Jankowski
Kilian  : Leon Warnock
comédiens  : Benjamin Höppner, Charlotte Müller, Konrad Singer

Si près de l'Alsace, Freiburg affiche toujours un système de production et un style radicalement différents de celui de l'Opéra du Rhin : troupe de chanteurs, représentations nombreuses, en alternance, d'oeuvres en partie renouvelées chaque saison, et bien sûr Regietheater, que les Parisiens connaissent maintenant grâce à Gérard Mortier.
Comme en 2006, la soirée de Noël n'est pas une bonne date pour aller à l'opéra à Fribourg : la qualité orchestrale n'est en effet pas au rendez-vous. Malgré les tempi lents pris par le chef, les instrumentistes ne les tiennent pas régulièrement et manquent de précision. Le choeur même ne se concentre correctement qu'au dernier acte, pour un choeur de chasseurs puis un choeur mixte très réussis. Vocalement, plusieurs solistes exposent des défauts gênants. Enfin, la mise en scène est destinée à un abonné germanophone particulièrement blasé. L'indispensable "dramaturge" a eu fort à faire! Elle s'est surtout associée au metteur de scène pour réécrire les dialogues et composer des scènes entièrement nouvelles. Pour jouer tout ce texte additionnel, chaque rôle principal est doublé par un comédien. Souvent présents sur scène en même temps, chaque personnage et son double se répartissent les répliques et interagissent avec leurs partenaires dans une confusion sans doute chargée de sens. Tout honteux folklore est donc banni.

Au-delà du possible intérêt théâtral de la nouvelle pièce ainsi donnée, le plaisir vocal du spectateur est mitigé. Lini Gong est une séduisante Ännchen. Son émission est d'abord un peu dure et ses ouvertures buccales un peu latérales et surarticulées lui font parfois perdre ses harmoniques graves, mais sa voix s'arrondit agréablement en cours de soirée. Agathe, seul autre personnage féminin de ce drame viril, a une émission un peu serrée pour son premier air, soutenu par un orchestre toujours poussif. Son air du troisième acte est plus libre, tandis que la fin de l'ouvrage la retrouve très raide.
La voix masculine la plus saine et solide est celle de Gary Jankowski, dont l'Ermite n'intervient malheureusement qu'à la fin. Gunnar Gudbjörnsson a une belle émission concentrée de fort ténor. Il force quand même, au début, quelques attaques pas toujours justes. Sa scène de la Gorge aux Loups est très réussie. Un souffleur est encore disponible et fortement mis à contribution pour son "Durch die Wälder". Ulrich Schneider, venu remplacer un Kaspar souffrant, joue bien mais chante mal. Il n'essaie d'ailleurs même pas de chanter les notes aiguës, certes ingrates, de son premier air, qu'il préfère crier en les ouvrant. Son corps présente encore beaucoup de tensions vers le haut pendant son deuxième air, qui le voit souvent monter sur la pointe des pieds. Kuno présente lui une voix très abîmée.

Pour donner une couleur authentiquement allemande à cette production, on peut apprécier la fosse d'orchestre profonde et le fondu orchestral qui en résulte. Le public satisfait applaudit, sans enthousiasme déplacé, ses chanteurs et son orchestre.

Alain Zürcher

 
http://chanteur.net - ©1998-2018 L'Atelier du Chanteur® - Tous droits réservés - CGU - Publicité - Contact