L'Atelier du Chanteur : Page d'Accueil (Home Page) Operabase: Page d'Accueil (Home Page)

Écoutes de Spectacles

2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014 2015 2016 2017
***** Edita Gruberova C Paris Théâtre des Champs-Élysées 17/12/2009

Edita Gruberova, soprano
Orchestre Philharmonique d'Oviedo
Friedrich Haider (dm)

 

 

Edita Gruberova, où comment transformer un critique en groupie... Il est étrange de quitter une chanteuse plutôt "rigolote", séduisant par ses aigus faciles et sa vitalité, et de la retrouver vingt-cinq ans plus tard en "diva assoluta" et tragédienne! Il est vrai que le vide s'est fait autour d'elle et qu'il n'y a plus grand monde pour lui disputer la place - et les emplois qui comme Norma n'étaient à l'origine pas tout-à-fait les siens. Vingt-cinq ans après un brillant récital à l'Athénée, et pendant lesquels Edita Gruberova n'aura guère chanté en France - et peu d'ailleurs en dehors de l'Autriche et de l'Allemagne, ce qui renforce son image de chanteuse "à l'ancienne", mais ce qui a aussi peut-être contribué à sa longévité vocale! Edita Gruberova n'a pas chanté n'importe quoi et n'a pas vécu "entre deux avions". Au Japon, elle serait "trésor national vivant" : elle incarne ce soir une tradition de l'émission vocale et de l'interprétation - la sienne tout de même, car elle sait tirer parti des forces et faiblesses de sa voix, ce qui est en soi aussi une condition et une tradition du bel canto! Évoluant récemment vers des rôles plus lourds, elle a encore l'an passé ajouté Lucrezia Borgia à son répertoire.

Une semaine avant ses 63 ans (bon anniversaire!), son aigu est toujours aussi insolent. Parfaitement juste, émis et soutenu avec un tonus dont bien des jeunes chanteurs pourraient s'inspirer. Le grave par contre a disparu, ce qui rend tout de même délicat Mozart, chez qui les sopranos ne peuvent jamais faire l'impasse sur la voix de poitrine, et des rôles plus larges comme Imogene. Mais quel impact dans Lucia! Quelle émotion surtout, créée non tant par l'idée de subtilités d'interprétation que par leur seule possibilité technique! C'est d'abord "a piè dell'ara" qu'elle file et lie, puis un messa di voce sur "lieto", introduisant des phrases divinement nuancées, enfin un long trille sur "per te", dont elle lie la sortie, pianissimo dans l'aigu, avec "al giunger". Son dialogue avec la flûte est aussi d'une netteté absolue. En bis dans O luce di quest'anima de Linda di Chamounix de Donizetti, elle allie legato et éclat de chaque note, et démontre encore une fois son art du trille.

Dès son entrée en scène, Edita Gruberova en impose par son maintien, un port de tête "à l'ancienne", une constante ouverture de la cage thoracique et un tonus du diaphragme qui rappelle ces mêmes principes transmis par Sena Jurinac en masterclasse. C'est un alliage d'autorité mais aussi d'humilité, une approche simple et directe dans une enveloppe physique très solide.
Si elle ne relâchait jamais ce corps si tonique, son émission en serait peut-être trop uniformément efficace. Elle fragilise alors volontairement son alignement vertical en laissant aller sa tête en arrière quand elle veut attaquer un son plus doux, plus rond, mais reprend une posture digne d'une Walkyrie dès qu'elle doit tenir un aigu forte. En bis dans la Chauve-Souris, elle sait aussi jouer d'une multitude de poses, gestes, inflexions et directions, où se croisent les trois plans de la posture, de l'émission et de l'interprétation. Analyser les correspondances entre ces trois plans à partir d'un enregistrement vidéo de sa prestation serait d'ailleurs un excellent exercice pour une classe de pédagogie vocale!

L'étendue de ses dynamiques est fabuleuse, comme la netteté identique avec laquelle elle attaque un pianissimo comme un fortissimo. De la fermeté du soutien et de la netteté de l'attaque découlent la possibilité du messa di voce, et plus généralement l'autorité avec laquelle elle impose ses personnages, posant sa voix sur l'orchestre avec une aisance royale. Même si "Spezzate i suoi nodi" est ensuite difficile à chanter sans graves, l'entrée d'Imogene sur "Oh! s'io potessi" est ainsi sculptée avec une efficacité maximale, c'est à dire dans la nuance piano que permet le silence de l'orchestre, en égrenant chaque mot sur une ligne qui semble se promener sans jamais s'interrompre.

En Elisabetta, c'est encore une autre posture à laquelle Edita Gruberova nous initie : la nuque bien dans l'axe de la colonne vertébrale, mais toute le torse nettement campé en arrière. Elle lance ainsi le son avec une apparente désinvolture, un son qui sonne instantanément, sans effort audible, en une parfaite synchronisation entre un soutien ferme, une mise en vibration nette et tonique des cordes vocales et une configuration idéale du résonateur bucco-pharyngé, stimulée mais jamais perturbée par l'articulation.
Chacun de ses sons, piano comme forte, a un "centre", un "noyau" très concentré. D'un point de vue pédagogique, elle incite à réintroduire le concept de "placement" de la voix, décrié depuis quelques décennies dans la lignée de Richard Miller. Assurément, de plus grandes ouvertures buccales ne lui servent qu'à affaiblir le son quand elle le juge nécessaire à son interprétation (ou à rechercher des graves là où ils ne sont pas), jamais à l'amplifier. Dès qu'elle aborde l'italien avec Lucia, elle adopte tout de même des ouvertures plus verticales, à la différence des aigus un peu latéraux, à la limite de l'aigreur dans Konstanze - avec là une pointe de tassement physique que l'on ne reverra plus de la soirée.
Si la source de ces harmoniques se situe au niveau du larynx (et de son fameux ventricule de Morgani?), Edita Gruberova est aussi une illustration parfaite du contrôle indirect de ce fonctionnement laryngé par le positionnement de l'arche zygomatique et de l'articulation temporo-mandibulaire, ainsi que par les sensations de résonance sympathique éprouvées au niveau des sinus. Sa seule écoute sur scène étant une stimulation pour tout chanteur, on souhaite que de nombreux jeunes chanteurs puissent profiter de cette expérience. Elle en a d'ailleurs généreusement convié trois à partager la scène avec elle pour lui donner la réplique dans Roberto Devereux.

Avant de vous laisser écouter (en une vidéo pirate de 4 secondes!) la dernière note du dernier bis de ce concert, un contre-ré chanté les doigts dans le nez, il ne faudrait pas que j'oublie le formidable orchestre d'Oviedo, à l'énergie espagnole dirigée dans la plus excellente tradition viennoise et belcantiste par Friedrich Haider! Le public était certes en délire dès le début, ce qui n'est pas toujours bon signe, mais il était surtout en délire jusqu'à la fin, ce qui est bien plus enthousiasmant!

Alain Zürcher

 
http://chanteur.net - © 1998-2017 L'Atelier du Chanteur® - Tous droits réservés - CGU - Publicité - Contact