L'Atelier du Chanteur : Page d'Accueil (Home Page) Operabase: Page d'Accueil (Home Page)

Écoutes de Spectacles

2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014 2015 2016 2017 2018
*** Laurent Naouri R Paris Auditorium du Musée d'Orsay 27/05/2010

Laurent Naouri, baryton
David Abramovitz, piano


 

L'exposition "Crime et châtiment" du Musée d'Orsay est l'occasion d'un intéressant programme vocal sur le thème de la mort, offert par Laurent Naouri et David Abramovitz, partenaires fidèles en mélodie.

Le programme balaie le répertoire germanique en première partie, français en seconde. Il impose ainsi de nombreux changements de vocalité et de style pianistique, certains réussis, d'autres moins. Laurent Naouri ne convainc pas totalement en première partie et s'en excuse après l'entracte en se disant fatigué. Sa voix sonne en effet un peu sourde, surtout dans les nuances piano, où elle manque d'harmoniques. Il retrouve sa vigueur habituelle sur les forte, ce qui favorise les Lieder aux exigences plus opératiques, comme les deux extraits du Knabenwunderhorn de Mahler.
Quand on enchaîne sur scène les rôles du répertoire, il est sans doute difficile de maintenir la finesse et la souplesse de l'instrument vocal qui sont nécessaires au Lied et à la mélodie. Laurent Naouri y parvenait cependant encore à merveille voici quelques années lors de son récital à la Comédie des Champs-Élysées, à l'époque où cette salle accueillait d'intéressants récitals vocaux.
Si, comme ce soir (certes perturbé par les grèves), même un interprète connu sur scène n'arrive pas à remplir ce petit auditorium avec un programme pourtant varié et attirant, on peut aussi s'interroger sur la possibilité d'entretenir une tradition de musique de chambre vocale à Paris! Si le public ne suit pas, cela vaut-il la peine, pour les directeurs de salle, d'en programmer, et pour les artistes, de consacrer le temps nécessaire à la préparation d'un programme de récital? - et d'entretenir parallèlement leurs instruments dans un potentiel de théâtre et de chambre?! Et si les jeunes chanteurs en formation - à supposer qu'ils soient intéressés par l'écoute de leurs aînés - n'ont plus l'occasion d'écouter de récitals, comment développeraient-ils une culture du Lied et de la mélodie française?

Si Revelge donne à Laurent Naouri l'occasion de débrider la puissance de sa voix et l'intensité de son interprétation, Mahler comme précédemment Brahms et Strauss souffre d'un soutien ce soir déficient. La ligne vocale semble plombée. Elle est souvent lâchée et reprise en "soufflets", ce qui nuit aussi à la présence du texte et à la compréhension des paroles. Dans Befreit, même les belles intensités vocales sur "wiedergeben" ou "weinen" sont amenées par un phrasé laborieux, comme chanté "à reculons". C'est souvent aussi l'impression que donne physiquement Laurent Naouri ce soir : à force de respirations hautes, il semble chanter sur l'affaissement de sa cage thoracique, et renforcer au besoin la pression de son souffle en poussant vers le bas, inversant ainsi le schéma d'une émission vocale plus logique où la cage thoracique reste ouverte tandis que la nécessaire pression en souffle est alimentée et soutenue par les muscles abdominaux. Ce fonctionnement "à l'envers" crée par contre un bel effet d'éloignement sur le "Gute Nacht" terminant Der Tambourg’sell : cet adieu est diminué en faisant comme reculer la voix au lieu de faire avancer un piano soutenu.

Si Laurent Naouri est toujours saisissant dans Un grand sommeil noir, son Kaddish est ce soir moins convaincant. Berlioz souffre de l'empâtement du phrasé créé par l'émission large et peu soutenue. Mon cadavre est doux comme un gant trouve brusquement un allant séduisant, une courbe naturelle qui semble suivre la narration, tout grossissement ayant miraculeusement disparu. L'émission est plus haute et riche en harmoniques, plus en "tête", les nuances piano sont mieux timbrées et concentrées.
Chabrier exige ensuite une vocalité encore différente. Si Poulenc a fait trouver ce soir à Laurent Naouri une légèreté et une simplicité salutaires, Chanson pour Jeanne, proche effectivemment de la chanson, semble moins idiomatique. Laurent Naouri se rattrape dans une Danse macabre qui lui va à merveille, comme la Mort de Don Quichotte donnée en bis, là aussi avec des harmoniques aigus bien présents. En nécessaire contrepoint à ce programme lugubre, Madame Eustache et ses dix-sept filles viennent égayer la fin de soirée, avec moult jeux et effets que même les puristes, s'il en reste, applaudiraient sans doute.

Alain Zürcher

 
http://chanteur.net - ©1998-2018 L'Atelier du Chanteur® - Tous droits réservés - CGU - Publicité - Contact