L'Atelier du Chanteur : Page d'Accueil (Home Page) Operabase: Page d'Accueil (Home Page)

Écoutes de Spectacles

2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014 2015 2016 2017
*½ Médée Paris Théâtre des Champs-Élysées 10/12/2012

 
Christophe Rousset (dm)
Krzysztof Warlikowski (ms)
Christian Longchamp (dr)
Malgorzata Szczesniak (dc)
Saar Magal (chg)
Denis Guéguin (v)
Felice Ross (l)
Médée  : Nadja Michael
Jason  : John Tessier
Dircé  : Élodie Kimmel
Créon  : Vincent Le Texier
Néris  : Varduhi Abrahamyan
Servante 1  : Ekaterina Isachenko
Servante 2  : Anne-Fleur Inizan

photo © Vincent Pontet - WikiSpectacle

Dans le cadre de sa trilogie Médée, le Théâtre des Champs-Élysées accueille une production du Théâtre Royal de la Monnaie de Bruxelles. Créée en 2008, elle y a été reprise en septembre 2011 et a fait l'objet d'une édition en DVD. C'est donc en toute connaissance de cause que cette production a été choisie et invitée. À Bruxelles, elle avait pourtant été appréciée musicalement mais peu vocalement, sans parler de sa mise en scène à laquelle on ne prêtait guère d'intelligence au-delà de son "scandale" calculé et convenu.

N'ayant pas vu cette production à Bruxelles, je ne peux qu'imaginer qu'elle s'est plus dégradée que bonifiée en venant à Paris. S'attendant au moins à une intense direction d'acteurs, on trouve un jeu très maladroit qui esquisse des clichés et frôle les univers "actuels" les plus convenus sans en prendre aucun à bras le corps. Cela aurait pu être complètement "mode" ou "sexe" ou "people" ou "série télé", mais ce n'est même rien de tout ça, et aucun des interprètes ne semble y croire.

Si les chanteurs ne brillent pas par leurs qualités de jeu, ils affligent par leurs émissions inégales, aux vibratos excessifs, et la bouillie ampoulée qu'ils nous servent à la place de la langue française. Mais les ululements incompréhensibles sont toujours applaudis par le public, quand l'incursion saugrenue d'une séquence "boîte de nuit" sur fond de musique pop rétro déclenche les huées. Séquence certes inutile et peu convaincante, mais autrement moins grave pour l'oeuvre que le massacre subi par ses lignes vocales!

Les dialogues d'origine - car il s'agit comme Carmen d'un "opéra-comique", qui n'avait tout simplement pas le "privilège" d'être entièrement chanté - ont été réécrits en langue vulgaire (dans tous les sens du mot) par Warlikowski lui-même. Médée : « Fous le camp! » Jason : « Tu es satisfaite de tout ce bordel? » Pour plus de vulgarité encore, ils ont été amplifiés. (Certainement pas pour être mieux compris car même en voix parlée les chanteurs réussissent à remplacer les syllabes par des borborygmes, sans doute pour que leur déclamation soit aussi "naturelle" que leur texte.) Amplifiés par ces petits micros qu'on porte au coin de la bouche et qui font scritch-scritch quand vous vous frottez à votre partenaire. La sonorisation ajoutait aussi des grondements graves, sans que l'on sache si c'était pour retranscrire une atmosphère d'orage ou parce que les bruits liés aux déplacements et au décor n'avaient pas été filtrés.

Le choeur est excellent, voilà un bon point, mais pas celui que l'on attendait. Interrompue par les dialogues amplifiés, la musique elle-même semble mélodiquement moins intéressante que les intenses souvenirs laissés par Callas dans la version italienne traditionnelle aux récitatifs ajoutés. L'harmonie, tout est là, nous explique Christophe Rousset dans le programme. Mais il manque ce soir une vision d'ensemble, une tension, une architecture... On ressent bien par contre les contrastes entre l'atmosphère "galante" et classique de la cour de Créon et les élans plus romantiques qui portent Médée. Les couleurs orchestrales sont très belles et riches, les Talens Lyriques semblant avoir profité de l'expérience Tragédiennes avec Véronique Gens. On s'étonne d'entendre déjà les sonorités cuivrées et boisées de Berlioz, ou de Weber que Cherubini aurait grandement influencé. Le basson nous régale d'un sublime solo avant l'air de Néris. Varduhi Abrahamyan y est comme toujours excellente, c'est même la seule émission vocale correcte de la soirée.

Les deux servantes déjà seraient peu compréhensibles sans les surtitres. Dircé a une voix très serrée dans l'aigu. Même ses notes aiguës piquées s'étranglent quand elles doivent conduire à des sons tenus. Jason ne semble pas très à l'aise non plus. Des tensions ajoutent à sa voix un vibrato rapide et irrégulier. Plus tard en duo avec Médée, son émission pointue, nasale et serrée ne s'accordera jamais à celle ampoulée de Médée. Au moins traduisent-ils l'antagonisme irréductible de leur couple, divisé même par des défauts vocaux divergents. Le potentiel vocal de John Tessier est cependant énorme, juste un peu vert.
Comme Varduhi Abrahamyan qui chante "décès" au lieu de "dessein", John Tessier dénasalise trop les voyelles nasales du français, tandis qu'il nasalise paradoxalement trop les voyelles non nasales!

Créon arrive avec sa brusquerie dénuée de toute noblesse. Plus loin il devra s'habiller et marcher avec une dégaine de loubard de seconde zone. Pauvre roi, pauvre Grèce! Chez lui aussi, de nombreuses tensions parasites génèrent un vibrato irrégulier et excessif qui rend imprécise sa justesse et jusqu'à la direction de sa ligne vocale. Dans ce rôle de basse, son émission est cravatée, sans connexion avec une quelconque "colonne d'air".

Médée a une voix laide oscillant autour des notes, qu'elle prend par en-dessous en les enflant et dégonflant successivement, avec un vibrato encore plus large que Créon - c'est décidément la marque vocale de la soirée. Même avec les surtitres, on a parfois du mal à percevoir la relation entre les sons émis et le texte. On se demande ce qu'Agnès Mellon, embauchée comme répétitrice de français, a pu faire d'autre que s'arracher les cheveux, car il est peu imaginable que le résultat ait pu être pire avant son travail!

Le troisième acte est plus intense dramatiquement et donc vocalement, mais Médée continue à y émettre des sons incompréhensibles.

À voir jusqu'au 16 décembre au Théâtre des Champs-Élysées. À écouter le 29 décembre à 19h sur France-Musique.

Alain Zürcher

 
http://chanteur.net - ©1998-2018 L'Atelier du Chanteur® - Tous droits réservés - CGU - Publicité - Contact