L'Atelier du Chanteur : Page d'Accueil (Home Page) Operabase: Page d'Accueil (Home Page)

Écoutes de Spectacles

2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014 2015 2016 2017
***½ Stabat Mater de Dvorak O Paris Théâtre des Champs-Élysées 12/02/2015

 
Philippe Herreweghe (dm)
Ilse Eerens, soprano
Renata Pokupic, mezzo-soprano
Magnus Staveland, ténor
Florian Boesch, basse

Le Théâtre des Champs-Élysées nous donne à découvrir le beau Stabat Mater de Dvorak, récemment enregistré par Philippe Herreweghe.
Ce dernier place les solistes au centre du plateau, entre orchestre et choeur. Ainsi placés au coeur de la musique, ils émergent moins facilement cmme solistes mais l'ensemble gagne en fusion.
Les timbres des instruments d'époque de l'Orchestre des Champs-Elysées sont chaleureux et séduisants. Le Collegium vocal de Gand est excellent. La battue de Philippe Herreweghe semble imprécise, mais ses interprètes doivent y être habitués, car le résultat reste assez clair pour une oeuvre dont l'écriture n'est pas limpide.

Dvorak composa une première version - pour quatre solistes, choeur et piano - de son Stabat Mater début 1876, peu après le décès de sa fille Josefa deux jours après sa naissance. Il reprend son manuscrit après la mort de ses deux autres enfants à la fin de l'été 1877. Le succès quasi immédiat de cette oeuvre pour solistes, grand choeur et orchestre l'a hissé parmi les plus grands compositeurs de musique sacrée dans le monde et l'a imposé notamment en Grande-Bretagne, pays où sa gloire n'allait plus se démentir.

Le quatuor de solistes convainc d'abord, avant de décevoir ponctuellement. Florian Boesch a une émission solide, presque trop. il est vrai que Dvorak lui confie de vigoureux accents dans "Fac ut ardeat". Dans son "Fac me vere", Magnus Staveland a une émission comme "enrhumée", poussant vers le haut des aigus plaintifs et coincés avec une sonorité nasale. Dans le duo "Fac ut portem", son émission peu concentrée s'accorde mal avec celle d'Ilse Eerens, plutôt serrée. Convaincante jusque là, Renata Pokupic déçoit dans son solo "Inflammatus", un peu ampoulé.

Alain Zürcher

 
http://chanteur.net - ©1998-2018 L'Atelier du Chanteur® - Tous droits réservés - CGU - Publicité - Contact