Écoutes de Spectacles

2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014 2015 2016 2017 2018 2019 2020
****½ Juditha triumphans O Paris Théâtre des Champs-Élysées 11/02/2020

 
Jean-Christophe Spinosi (dm)
Juditha  :  Marie-Nicole Lemieux
Vagaus  :  Ana Maria Labin
Holopherne  :  Sonia Prina
Abra  :  Benedetta Mazzucato
Ozias  :  Dara Savinova


photo © Geneviève Lesieur

Le théâtre des Champs-Élysées accueille à nouveau les excellents ensembles bretons Matheus et Mélisme(s). Le chef d'oeuvre de Vivaldi offre à Jean-Christophe Spinosi, toujours plein d'énergie, de multiples contrastes à mettre en valeur.

Vivaldi a en effet multiplié les interventions d'instruments solistes pittoresques ou déjà anciens à son époque. Brisant l'ennui possible des numéros séparés et des airs da capo, ils créent de superbes atmosphères bien différenciées.
Si les intentions sont toujours justes, ces brusques changements d'approche et d'articulation ne sont pas toujours réalisés aussi instantanément par l'orchestre et certains solistes qu'ils sont imaginés et demandés par Jean-Christophe Spinosi. Certains numéros trahissent un flottement : soit un retard au démarrage, soit une compréhension collective insuffisante de l'intention du chef. Mais ce dernier aussi brille moins que d'habitude dans son solo de violon, accompagné par un orchestre si pianissimo qu'il en devient inconsistant. Une fois émises ces quelques réserves qui font rêver d'un concert miraculeux où exploserait tout le potentiel de l'oeuvre et de la vision de Jean-Christophe Spinosi, il faut souligner que les artistes nous ont tenus en haleine par une interprétation très vivante et engagée d'un bout à l'autre de la soirée !

Marie-Nicole Lemieux, fidèle complice de Spinosi depuis son Orlando Furioso (déjà de Vivaldi) à Ambronay en 2003, domine la distribution vocale. Son parcours a été superbe au cours des quinze années écoulées entre ces deux rôles. Il lui permet d'aborder Juditha avec un calme, un legato et une conduite de la ligne vocale remarquables. Peut-être il y a quinze ans lui aurait-on plutôt confié le rôle d'Holopherne ? Sonia Prina y excelle, avec au début les quelques excès de grossissement de voix et d'accents intempestifs qui sont sa signature, mais ensuite avec un engagement plus libre et naturel quoique toujours entier. Les récitatifs sont pour elles une vraie leçon de chant, où elle peut se détendre et laisser s'épanouir, en lignes souples sur un souffle libre, la richesse naturelle de son timbre, sans rien y surajouter. Sa scène la plus intime avec Juditha la fait aussi rayonner d'un calme vocalement très bénéfique.
Ana Maria Labin, sans toucher particulièrement par son timbre, vocalise très bien en Vagaus, notamment dans les deux airs que les hasards de l'édition musicale (une vieille édition Ricordi de 6 airs de Vivaldi, dont 4 extraits de Juditha) ont depuis longtemps fait chanter par les élèves en chant. Benedetta Mazzucato manque de la clarté d'élocution qui permettrait de comprendre son texte - du moins pour les rares latinistes qui en seraient encore capables !

Parmi les beaux airs chantés par Juditha au premier acte, on peut mentionner l'étrange et grave "Agitata infido flatu" et le suavissime "Veni, veni, me sequere fida", accompagné par un délicieux chalumeau. Mais Vivaldi est exigeant avec toutes ses chanteuses !
L'acte se termine par un beau choeur, "Mundi Rector de Caelo micanti".

Au deuxième acte apparaît Ozias pour deux courtes interventions chantées par Dara Savinova. L'air d'Holopherne "Nox obscura tenebrosa" est une nouvelle démonstration des talents illustratifs de Vivaldi. Ambiance nocturne à souhait, où Sonia Prina est un peu ampoulée mais très convaincante. Marie-Nicole Lemieux chante un très bel air accompagné à la mandoline, "Transit aetas", et Sonia Prina, d'une voix libre et claire, un bel air accompagné au hautbois et à l'orgue, "Noli, o cara, te adorantis".
"Vivat in pace" est un bel air calme de Juditha et "Umbrae carae, aurae adoratae" une jolie pastorale de Vagaus, accompagnée par deux flûtes - jouées par les hautboïstes, décidément doués ! Un fantomatique consort de violes surgit du passé pour accompagner Juditha dans "In somno profundo", Holopherne est décapité, Vagaus appelle les Furies à la rescousse et Ozias tire la morale de l'histoire en faisant le parallèle avec Venise que servait Vivaldi.
Un dernier choeur conclut le chef d'oeuvre vivaldien. Juditha triumphans est malheureusement le seul oratorio du prêtre roux qui nous soit parvenu.

Alain Zürcher

 
https://chanteur.net - ©1998-2020 L'Atelier du Chanteur® - Tous droits réservés - CGU - Publicité - Contact